Maladies de printemps, médicaments et conduite

Pas encore de commentaires

Le printemps modifie le sang. Et la conduite, aussi. Allergies, infections, rhumes, fatigue … A cette période de l’année naissent de divers maux, mais pas dangereux en soi, mais ils comportent un risque pendant la conduite. Non seulement en termes de symptômes, mais aussi à cause des effets  des médicaments pour  les traiter.

Selon un rapport de réalisé par « La Direction du Transport de la Communauté Européenne », jusqu’à 20% des conducteurs impliqués dans des accidents de la circulation prennent des médicaments psychotropes et, bien que les médicaments ne soient pas la cause principale des accidents, des antihistaminiques et des antitussifs sont les médicaments qui réduisent le plus la capacité à conduire.

Donc, aujourd’hui, nous avons analysé la liste des maladies de printemps et des médicaments qui peuvent avoir une incidence sur votre conduite pour les mois à venir :DriveSmart est là pour vous tout au long de l’année. Bien sûr, garder à l’esprit que, avant l’utilisation de tout médicament, vous devez lire la notice pour prendre connaissance des possibles effets néfastes sur la conduite.

Savez-vous quels sont les symptômes et les dangers posés par cette saison et les effets de vos médicaments? Jetez un coup d’oeil …

Allergies

Ou les changements de température, ou les fleurs, ou le changement d’horaire. Le premier signe de l’arrivée du printemps c’est ça, les conséquences de la pollinisation. Des sources médicales affirment que les particules de graisse des voitures diesel endommagent sérieusement la situation des conducteurs hypersensibles à cet élément.

Les symptomes et les risques lors de la conduite sont…

-Pharyngite, rhinite, éternuements et toux, entraînent un risque au volant parce qu’ils diminuent l’attention.

-Troubles gastro-intestinaux (diarrhée, douleurs à l’estomac, nausées et vomissements)

-Conjonctivite, yeux gonflés ou liquides, réduisent la visibilité.

-Asthme bronchial, difficulté à respirer … Réduit l’attention et peut causer de la somnolence.

-Fatigue et sautes d’humeur, peut causer une conduite plus agressive.

-Réactions anaphylactiques, qui réduisent la réactivité.

Et certains médicaments…

-Les antihistaminiques provoquent souvent un des effets indésirables très fréquents: sédation, ce qui se traduit par la somnolence, la fatigue et une diminution de la réactivité. Ces médicaments déclenchent également des étourdissements, une vision floue, incoordination, hypotension et même des hallucinations, de sorte que son danger derrière le volant est plus que démontré.

-Les gouttes oculaires peuvent causer des brûlures ou des déchirures, ce qui réduit la visibilité et l’attention.

-Aérosols inhalés peuvent donner des faux positifs pendant un contrôle d’alcoolémie 10 ou 15 minutes après l’utilisation. Ils peuvent provoquer des tremblements et palpitations qui entravent la conduite.

Rhume tardif

Classique, celui qui vous prend d’une minute à l’autre « Tiens, c’est le printemps!» Est un problème très courant à cette époque de l’année. Il est également très dangereux pour la conduite, comme en témoigne une étude de l’Université de Cardiff sur ses effets au volant. Le rapport a révélé que les compétences se divisent de 50% chez les personnes qui conduisent dans le froid, ce qui entraîne, selon cette université au Royaume-Uni, une conduite plus dangereuse surtout sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants.

Ces symptomes et ces risques au volant sont…

-Pharyngite, rhinite, éternuements et toux: diminution de l’attention.

-Fièvre, augmente le temps de réaction et réduit l’éblouissement.

-Yeux gonflés ou liquides, réduisent la visibilité.

-Difficultés respiratoires diminuent l’attention et augmentent la sensation de fatigue.

-Somnolence, ce qui peut provoquer soi-disant un «micro-sommeil» au volant et réduire la réactivité.

Et certains médicaments…

-Paracétamol et Ibuprofène causent des étourdissements ou des vertiges (très rare).

-Gouttes pour les yeux, qui peut causer des brûlures ou des déchirures, la visibilité diminue.

Antigrippal: peut provoquer somnolence.

Antitussifs (codéine, dihydrocodéine), provoque une diminution de la capacité à conduire.

Les champignons et bactéries : Infections gastro-intestinales et cutannées

Avec le printemps commence la chaleur et l’humidité,  idéal pour le développement de ces virus. D’une part, parce que c’est lié à l’alimentation ou la contamination de ceux-ci, qui causent des infections provoquées par les virus shigella, salmonella et escherichiae. En outre, les piscines, les lacs et autres peuvent être contaminés, ce qui rend ces maladies contagieuses très fréquentes au printemps.

Les symptomes et dangers pour le conducteur sont…

-Nausées, diarrhée ou douleurs abdominales qui peuvent précipiter un arrêt dangereux sur la route.

-Démangeaisons, douleur ou sensibilité de la peau, ce qui réduit l’attention de la conduite.

-Manque d’énergie, ce qui réduit la réactivité.

-Fièvre, frissons et des sueurs, malaise, par conséquent, diminue l‘attention au volant.

Et certains médicaments…

Antibiotiques tels que la pénicilline ou aux céphalosporines, entre autres, ont tendance à générer, comme des effets secondaires, des nausées.

Ciprofloxacine, qui peut causer des maux de tête et des douleurs articulaires, des étourdissements et des nausées.

Varisselle, attention c’est contagieux!

Cette infection virale causée par le virus zona de la varicelle, devient plus fréquente au printemps, mais, comme on ne peut l’avoir qu’une fois dans notre vie, c’est rare.


Les symptomes et effets sur la conduite sont…

-Piquotements qui détournent l’attention de la conduite.

-Fièvre légère, qui génère une attention réduite

Malaise, qui limite la capacité à réagir.

Et certains médicaments…

Paracétamol, ibuprofène et acétaminophène utilisés pour soulager la fièvre et la douleur, peuvent causer des effets secondaires rares tels que des vertiges ou des étourdissements.

-Pommades, s’il en reste sur les mains, le volant glisse.

La fatigue du printemps, maladie ou pas?

La fatigue, le manque de motivation, des sautes d’humeur … C’est le printemps, la maladie qui a réussi à diviser la communauté des scientifique quant à savoir si elle peut être considérée comme telle, et si vous avez besoin d’un traitement. Peu importe la façon dont les spécialistes de la santé la nomme, il semble que l’adaptation à l’augmentation des heures de lumière affecte beaucoup de gens. C’est un fait.

Les symptomes et effets sur la conduite sont…

Fatigue générale, manque d’énergie et parfois des malaises qui réduisent l’attention en conduisant.
-Difficulté à s’endormir la nuit, ce qui provoque un grand risque derrière le volant à cause des somnolences.
Irritabilité, nervosité et problèmes de concentration, qui peut générer une conduite plus agressive ou erratique.

Et certains médicaments…

Heureusement (parce que c’est la plus grande maladie qui ne soit pas dangereuse) et malheureusement, pour beaucoup (parce qu’ils trouvent des moyens pour soulager vos symptômes) ne sont pas une condition pour laquelle il est établi un traitement, mais en général utiliser des compléments de vitamines et établir un changement de mode de vie pour réguler les rythmes biologiques suffit. Et, heureusement, les vitamines ne portent pas atteinte à la conduite.

Et vous, vous souffrez ou avez souffert d’une de ces maladies et des effets derrière le volant? Manque-t-il une maladie sur la liste?

Rechercher dans notre blog