Que faire en cas de contrôle d’alcoolémie

Pas encore de commentaires

Ça arrive de jour comme de nuit… Venez à la maison pour l’apéro : à la vôtre, à la nôtre … Quoi qu’il en soit . Vous avez bu un verre. Peut-être deux. Ou même trois? Vous reprenez le volant quand à une intersection, Oups, un agent qui vous demande de vous arrêter. Ceci est un alcootest. Savez-vous que faire dans ces cas-là?

Si vous buvez, ne conduisez pas

Vous le savez et vous ne cessez de l’entendre  » si vous buvez, ne conduisez pas  » ne peut pas être à la mode mais il est tellement, tellement vrai …. L’alcool n’est pas un bon compagnon de voyage, alors essayez de ne pas prendre le volant si vous avez consommé, si l’application :DriveSmart pouvait se changer en main pour prendre vos clés à ce moment-là elle le ferait sans aucun doute.

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas prendre un verre (ou deux) mais prévoyez une autre alternative que celle de prendre le volant, pour votre sécurité et celle des autres. Choisissez de laisser la voiture et profitez d’un ami (sobre) pour vous déplacer, choisissez d’être le « Sam » à tour de rôle avec amis, famille, peu importe. Sinon, vous avez toujours la possibilité de prendre le taxi, ou transports en commun, c’est beaucoup moins cher qu’une amende et beaucoup plus sûr que  la conduite en état d’ébriété.

La police ordonne de s’arrêter  et…

La première astuce est de maintenir un comportement approprié. Les bonnes manières et l’éducation facilitent la communication avec l’agent. Mais cela n’enlève en rien l’importance de se comporter correctement en toutes circonstances. Ce que vous devez savoir est que l’agent va rédiger un rapport sur votre comportement, afin de savoir si votre état d’ivresse est « manifeste ».

Qu’est-ce que la conduite en état d’ivresse manifeste ?

L’état d’ivresse manifeste peut être constaté à  « l’œil nu »,  si le conducteur présente un comportement étrange, des problèmes d’élocution, un manque de stabilité debout, une haleine chargée. À ne pas confondre avec  l’état alcoolémique qui correspond à la quantité d’alcool dans le sang.

Alcootest, obligatoire

Se soumettre à l’épreuve de l’alcootest est nécessaire, obligatoire, un refus sera qualifié comme une infraction. Plus précisément, un crime de désobéissance, et crime contre la sécurité routière si le résultat obtenu lors de l’essai est positif. Ne pas souffler assez fort ou autres astuces peut également être considéré comme infraction (et, par conséquent, de crime), alors … Chaque fois que vous êtes invité à effectuer un contrôle, ne vous défilez pas, parce que ça ne fera qu’empirer la situation.

Si le résultat du test est positif…

Autrement dit, si il dépasse 0,5 mg / l … le conducteur a droit à un second test pour vérifier le résultat. Pour la deuxième tentative on doit attendre 10 minutes, au moins. Si le test est également positif, vous pouvez demander un test sanguin.

Mieux vaut vous fier à l’alcootest. L’expérience montre que la valeur obtenue dans l’analyse est plus élevée que celle indiquée par l’alcootest, par conséquent, il faut être vraiment sûr que vous êtes négatif, pour vous éviter de perdre votre temps, celui des agents, et votre crédibilité.

Le taux d’alcoolémie, important

Si le taux maximal de 0,5 est dépassé, la nature de l’infraction et les sanctions applicables diffèrent selon que le taux est inférieur à 0,8 gramme par litre de sang ou s’il est égal ou supérieur à 0,8 gramme. Si le taux d’alcool est entre 0,5 et 0,8 gramme par litre, 6 points sont retirés du permis et une amende de 135€. Au-delà de 0,8 gramme l’amende peut aller jusqu’à 4.500€, une suspension voire un retrait du permis, lóbligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant, parfois même une peine de prison allant jusqu’à. De quoi vous dissuader n’est-ce-pas?

 

Devenez un conducteur exemplaire, pour le plus grand bonheur de nos agents, rejoignez-nous sur :DriveSmart 🙂

 

Rechercher dans notre blog