Pourquoi éteignons-nous la radio pendant le stationnement?

Pas encore de commentaires

Vous persistez à prendre la voiture pour aller dans le centre-ville. Ce, même si vous savez que le bus est plus pratique et qu’il vous épargne la recherche d’une place de parking, mais puisque vous n’avez pas l’intention de prendre le bus, vous en subirez les conséquences.

Vous avez de la chance, vous avez fait tout le trajet sans embuscades, mais quand vous avez enfin atteint votre destination, le pire est encore à venir. Où diable laisser sa voiture?

Vous le prenez bien, calme et sereinement. Vous trouverez une place, tôt ou tard, ce n’est qu’une question de temps. Vous baissez la radio au minimum, juste un bruit de fond, vous tournez en rond et finalement le soleil brille les oiseaux chantent: cette place est pour vous! Un peu étroite certes, mais peu importe,  je la gare coute que coute. Vous garez votre véhicule au mieux pour vous faciliter la sortie… et éteignez la radio.

Avez-vous remarquez que vous éteignez la radio ?

Peut-être que la radio rend la voiture plus grande? ¿De la sorcellerie sur votre levier de vitesse? Non, quelque chose de beaucoup plus simple: ressources attentionnelles limitées.

Ce geste curieux de baisser la radio est aussi effectué pour éliminer les sources de distraction. Comme la musique est un acte complexe mental, la quasi-totalité de notre cerveau est impliqué dans la réception des fréquences et des compositions musicales, c’est pour cette raison que nous avons besoin d’éteindre ce son en arrière-plan qui complique la vie.

Nous utilisons toutes nos ressources disponibles au moment où l’action est la plus complexe dans cet espace-temps. C’est instinctif et cela nous aide à effectuer des tâches lorsque nous avons enclenchés le «pilote automatique» de notre cerveau. Voilà pourquoi, nous ne sommes pas dérangés par la radio sur le chemin de retour du travail, ou quand nous conduisons sur  l’autoroute et qu’il n’y a presque pas de voitures.

Nous les hommes, nous sommes plus sélectifs

Non,vous n’êtes pas un cinglé. Beaucoup le font, en particulier les hommes (ne vous fâchez pas messieurs, nous devons chacun assumer nos limites). Se connecter en mode multitâches ce n’est pas si simple pour tout le monde. Les jeunes cerveaux y sont plus habitués, depuis qu’ils sont nés avec Internet, les mobiles et consoles ils sont en mesure de mettre leur cerveau sur pause tout en effectuant une autre action, comme pendant l’utilisation du portable tout en regardant la télévision.

Comme disait bmw : « quand tu conduis, il conduit »

C’est un fait. Si vous conduisez et vous commencez à parler les mains libres vous êtes incapable de vous concentrer pleinement sur la conduite, l’une des activités cognitives à laquelle l’homme est confronté des plus complexes.

Donc, si vous marchez dans la rue et que vous téléphonez en même temps, vous allez légèrement réduire votre vitesse. Si ce que vous dites est quelque chose qui vous met en  colère, comme une mauvaise nouvelle qui nécessite une attention particulière par exemple, vous vous arrêtez. Votre cerveau ne donne pas tout. Ni plus ni moins.

Ces réactions sont également présentes quand il pleut beaucoup, qu’un conducteur se perd pendant son trajet en voiture, si :DriveSmart était installé sur son téléphone et qu’il lisait les indications cela n’arriverait pas… En bref, nous avons besoin de donner 100% de notre attention sur quelque chose.

Que faire? Interdiction de s’inquiéter. Ensuite, c’est le cerveau qui décide, à ces occasions: ne pas oublier qu’il est censé être la partie la plus intelligente de votre corps. Comme quand il vous a dit d’installer :DriveSmart sur votre iPhone ou Android. Facilitez-vous la vie. Ecoutez votre cerveau!

Rechercher dans notre blog